La vie d’un garde-champêtre pendant la grande guerre

Logo de la chronique du champêtre

Un drôle de défi que celui-ci… Evoquer au travers d’une chronique mensuelle la vie d’un garde-champêtre pendant la grande guerre. Quatre années de Chronique ! Mon garde-Champêtre n’est pas n’importe qui : Charles Loesenborgh a bel et bien existé (nous avons retrouvé dans les archives du village les carnets, rédigés d’une belle plume en pleins et déliés, de ses procès verbaux. C’est en me basant sur eux que je raconte, que j’invente, que je reconstruits une vie de village entre 1914 et 1918.

Au fur et à mesure de l’avancement de ces chroniques, j’ai l’impression de le connaître de mieux en mieux. Il est presque devenu mon ami, une personne dont j’écoute les confidences et dont les secrets, peu à peu dévoilés, ne le sont que dans le respect de ce qu’il a accepté de me confier. Mais je vous laisse avec lui. Laissez-vous prendre par la main et mener vers les histoires oubliées de ces hommes qui ont vu changer le monde si profondément…

Lire les chroniques du champêtre