09/02/2018 - 20 h 00 min

La théorie du Y
La théorie du Y

Prix de la Ministre de l’Enseignement secondaire aux Rencontres de théâtre Jeune Public de Huy 2016. Par le Compagnie « La Théorie du Y ».

Théâtre tout public

Une perle de fraicheur et d’intelligence

Anna a 9 ans. Une boule d’énergie prête à croquer l’existence de toutes ses dents. Elle apprend les règles de la vie. Ce qu’on fait. Ce qu’on ne fait pas. Qu’il faut trouver un beau garçon et puis l’épouser, tout ça. Anna a 13 ans. Elle attend. Elle voudrait obéir aux règles. Mais elle aimerait aussi découvrir. Se tromper. Alors elle se consume d’envie. De plusieurs envies. Elle n’ose pas. Anna a 16 ans. Quelque chose se débloque et elle choisit d’affronter ce qui brûle au fond d’elle. Elle découvre l’amour et la sexualité. Et là, les questions se font plus présentes. Son entourage la pousse à se définir : on aime les garçons ou on aime les filles, c’est comme ça. Mais pour Anna, devenir adulte passera par autre chose que ce choix. Et si on pouvait tomber amoureux sans se demander si c’est d’un homme ou d’une femme ?

20 personnages, 4 comédiens, 19 séquences et 60 minutes pour nous emmener avec humour, justesse et dynamisme dans la tête et le quotidien d’Anna. « J’ai quand même pas fait un coming out pour refaire un coming in, merde ! »

Faire un choix

Le projet dépasse la question de l’orientation sexuelle pour s’inscrire dans la thématique plus large du choix. Le choix, mais également la manière dont on est amené à faire certains choix, en fonction de notre propre volonté ou de celles des êtres qui nous entourent.

Cette thématique semble essentielle à une époque où les choix sont souvent dictés par les nécessités de la vie quotidienne, celles d’avoir de l’argent, un toit, un travail, de quoi se nourrir, et parfois, aussi, de se conformer aux attentes de ceux qui nous entourent. C’est d’ailleurs de ce thème du choix qu’est inspiré le titre La théorie du Y, le « Y », avec ses deux branches, symbolisant l’instant où l’on se retrouve à la croisée de deux routes et que l’on choisit l’une des deux. Comment choisir ? Pourquoi choisir ? Faut-il vraiment choisir ? Autant de questions cruciales également soulevées par le spectacle.

Parler de la bisexualité pour un jour arrêter d’en parler

Le thème principal du spectacle est la bisexualité, même si le mot n’est jamais présent tel quel dans le texte. C’est un thème dont il est, au sens de l’auteure, Caroline Taillet, urgent de parler, car elle a pu découvrir au fil de ses recherches que la bisexualité est une orientation sexuelle qui effraie, qui est méconnue, qui dérange, qui est niée ou jugée.

L’image des bisexuels qui est généralement véhiculée est celle d’êtres humains indécis, infidèles, pervers, ou encore qui ont besoin d’avoir une relation avec un homme et une femme en même temps, sous peine d’être éternellement insatisfaits. Cette zone grise fait peur, et à travers La théorie du Y, l’ambition de l’auteure est de parler de la bisexualité, pour contribuer à ce qu’elle sorte de l’ombre et à ce qu’on puisse, un jour, arrêter d’en parler.